Mythes et réalités de la financement mixte

Le financement mixte est l’utilisation de fonds d’aide publique pour lever des fonds auprès du secteur privé afin d’atteindre des objectifs d’aide et de développement internationaux tout en assurant un profit aux investisseurs privés. Il est de plus en plus présenté comme une solution au manque de financement pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies. L’attitude optimiste du gouvernement canadien à l’égard de cette stratégie n’est tout simplement pas étayée par les données et manque d’une analyse critique de ses répercussions pour les communautés touchées dans le monde et l’avenir de l’aide publique au développement (APD) du Canada. Le financement mixte est une autre itération de la privatisation et de la financiarisation, par laquelle les programmes d’aide financés par l’État servent de plus en plus les besoins et les objectifs du secteur privé. Ce projet cherche à déballer ces lacunes, en fournissant une analyse critique du financement mixte et des instruments d’aide utilisés ici au Canada et ailleurs pour attirer les investissements du secteur privé. Cliquez ici pour en savoir plus. 

Consultez notre série d’entrevues sur ce sujet!

Qui nous sommes

Nous sommes une coalition d’organisations de la société civile, de syndicats et d’universitaires qui souhaitent fournir aux Canadiens une image plus complète de la finance mixte dans l’APD canadienne.

Les membres du projet de financement mixte comprennent:

Enregistrement du webinaire

(Sous-titres français et anglais à venir)

« Financement mixte : La privatisation de l’aide internationale ? »

Le mercredi 31 mars de 13 h 00 à 14 h 30 (HAE)

Inscrivez-vous ici

Le gouvernement du Canada a accueilli à bras ouverts la participation du secteur privé en tant que moyen d’atteindre ses objectifs de développement durable, notamment en utilisant des fonds d’aide publique pour mobiliser des fonds privés dans le cadre de ce qu’on appelle le financement mixte. L’expérience acquise en Europe et ailleurs porte à croire que le financement mixte est une approche de financement du développement qui pose des problèmes. Les initiatives de financement mixte n’ont que peu sinon pas du tout d’effet sur la pauvreté, compromettent le secteur public et menacent d’accroître l’inégalité. Dans le contexte de l’urgence climatique et des crises économiques et sociales que fait empirer la COVID‑19, il est plus pressant que jamais de trouver des solutions en matière de politiques publiques qui font passer les personnes avant les profits.

La discussion en table ronde vise à rassembler des praticiennes et praticiens du développement, des membres de syndicats et des universitaires pour qu’ils participent à une réflexion sur les trois questions suivantes :

1.     D’où vient le programme de financement mixte, quels intervenants mondiaux en font la promotion et pourquoi le mettent-ils de l’avant?
2.     Quels ont été les effets du financement mixte ailleurs (p. ex. en Europe) et quelles leçons peut-on en tirer?
3.     Quelles sont les solutions de rechange au financement mixte?

Panélistes:

Angella MacEwen, SCFP
María José Romero, Eurodad
Jennifer Rosario-Malonzo, IBON